Le journal de bollywood

#

‘Kuch Kuch Locha Hai’- Revue de film

Celui-ci est un film moyen, plus de la fantaisie détraquée d’un homme lubrique d’âge moyen. L’intention du scénariste-réalisateur Devang Dholakia est évidente dès la première scène – faire enfiler des  vêtements qui ne laissent pas beaucoup à l’imagination à Sunny Leone et la libérer dans un lieu rempli de pervers. Et obtenir un scénario très mince tissé autour de ce motif ringard afin de le faire ressembler à un film à part entière. Ram Kapoor joue Praveen Patel, un propriétaire de magasin en Malaisie qui a 45 ans, et qui est marié avec un fils adulte. Patel et ses deux acolytes ne se gênent pas de la manière flagrante dont ils matent les jeunes femmes dans les parcs, gymnases et autres lieux publics. Patel désire également une ‘superstar’ de Bollywood qui s’appelle Shanaya (Sunny Leone) et parvient à fixer un rendez-vous avec elle le soir de la Saint Valentin.

sunny Leone
sunny Leone

Il y a une histoire d’amour en parallèle avec le fils de Patel Jigar (un acteur avec des biceps plein les manches mais sans aucune expression du visage) et sa petite amie Naina (Evelyn Sharma avec des tenues décolletées et, elle aussi, sans aucune expression du visage). Le metteur en scène, qui appartient évidemment à la vieille école de pensée des films classe C qui croit qu’une ‘héroïne trempée est une héroïne chaude’, fait en sorte que Sunny demeure dans une piscine la plupart du film.  Et vous la voyez entrer et sortir d’une piscine plusieurs fois exhibant son décolleté ample, dans toutes les autres scènes. Il y a même une chanson niaise dédiée à la piscine. Laissez tomber. C’est triste que le genre ‘comédie pour adultes’ à Bollywood semble désormais largement limitée à des ‘concepts’ écrits avec Sunny Leone et quelques hommes qui convoitent autour d’elle. Cela semble être l’excuse parfaite pour les cinéastes et scénaristes paresseux de prendre le train en marche ‘Sunny’ avec l’espoir de faire un profit rapide.  On est certainement surpris par les choix récents de films de Ram Kapoor. Pourquoi se réduirait-il à cela, où l’on n’attend de lui rien à part tordre son visage et une tentative de ressembler à et de se comporter comme un acteur de classe C ? Evitez ce film, à moins que Sunny Leone dans une piscine fait aussi partie de vos fantasmes.